mérule en développement

La mérule, ce champignon qui fait des ravages en Bretagne

Cela fait maintenant plusieurs années que de nombreuses communes du Finistère sont en proie aux champignons. En effet, la mérule, ce champignon extrêmement néfaste pour les constructions, prolifère à une vitesse incroyable dans cette région de Bretagne, générant au passage des frais non négligeables. D’ailleurs, dans les zones françaises touchées par ce végétal cryptogame sans chlorophylle, les entreprises chargées de leur traitement ne chôment pas. Lisez cet article pour en savoir plus sur la mérule et ses ravages en Bretagne.

La mérule, un champignon qui se nourrit du bois

La mérule est un champignon lignivore qui mène la vie dure à de nombreux propriétaires d’appartement ou de maison en France, en particulier dans la région de Bretagne. En effet, la présence de mérule dans les charpentes de maisons de Dinan ou dans les autres communes bretonnes préoccupe plus que jamais les habitants de la région.

Très agressif, ce champignon se développe généralement derrière les faux plafonds et les tapisseries. A l’instar des insectes xylophages comme les termites, il est redouté pour les dégâts considérables qu’il inflige aux bois, aux planchers et aux poutres dont il se nourrit avidement. Il lui suffit parfois de quelques mois pour infester les murs d’une maison.

Plusieurs techniques et solutions permettent d’en venir à bout. Mais en France, le feu, le fer et les produits chimiques sont les moyens les plus utilisés pour endiguer rapidement une invasion de mérules. Ailleurs en Europe, notamment en Allemagne ou encore en Hollande, d’autres techniques bien plus écologiques sont privilégiées.

Quelle que soit la méthode adoptée, il est primordial de prévenir toute infiltration d’eau dans le logement après le traitement pour ne pas voir les spores de mérules s’ériger dans votre maison.

Le Finistère, le département français le plus touché par la mérule

présence mérule en bretagnet dans l'ouest

En effet, 75 à 100 % des communes du département breton sont touchées par l’invasion de mérules. Même si leur situation est des plus préoccupantes, les diagnostics de mérules sont obligatoires uniquement lors des transactions immobilières qui ont lieu dans les zones les plus exposées. En dehors de ces dernières, ils restent fortement recommandés aux propriétaires de logement, notamment par les notaires et pour certains types de biens.

Les propriétés situées à proximité des rivières ou des étangs, et donc potentiellement humides sont particulièrement vulnérables à ce champignon. Les maisons les plus à risques sont surtout les anciens bâtiments munis de planchers de bois, de poutres ou de caves.

Ainsi, si votre vieux logement en Bretagne se trouve dans l’une de ces conditions, vous devriez songer, et le plus tôt possible, à effectuer son diagnostic mérule. Lorsque la mérule est repérée à temps, elle peut être traitée à un coût plus ou moins abordable. Ce qui vous permettrait de réaliser quelques économies.

De toutes les façons, le diagnostic est inévitable. Ainsi, il n’est pas dans votre intérêt de le faire tardivement d’autant que l’invasion de mérules a tendance à être rapide durant la saison des champignons.

Pourquoi le traitement mérule revient-il généralement cher ?

Le coût de traitement mérule selon certains professionnels varie en fonction du cas. Le traitement à proprement parler n’est pas onéreux. Ce qui fait surtout grimper la facture, ce sont les éventuels travaux corollaires comme la déconstruction et la reconstruction de ces parties du bien qui peuvent à eux seuls nécessiter un budget conséquent.

Si jusque-là, seules les vieilles constructions sont les plus exposées, d’après certains spécialistes du traitement mérule comme CBH, l’hyper-étanchéité des maisons actuelles pourrait aggraver la situation d’ici une quinzaine d’années en raison des enduits béton et du système de pare-vapeur placé par-dessus les isolants.

Un partage ? merci !

Laisser un commentaire